Contraception post-partum : reprendre sa fertilité en main après un accouchement

Contraception post-partum : reprendre sa fertilité en main après un accouchement

Votre bébé vient à peine de pointer le bout de son nez, qu’on vous parle déjà de retour de couches et de risque de grossesse. À partir de quand peut-on retomber enceinte ? L’allaitement empêche-t-il vraiment l'ovulation ? Et quelle est la meilleure méthode de contraception après un accouchement ? Dans cet article, on vous dit tout sur le retour de la fertilité après une grossesse, pour vous permettre de choisir la contraception qui vous convient, de manière simple et éclairée, tout en profitant de ces instants précieux avec votre nouveau-né.

 

Quand faut-il reprendre un contraceptif après la grossesse ?

Une ovulation est possible à partir du 21ème jour après l’accouchement, d’après la Haute Autorité de Santé (HAS). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’absence de règles ne signifie pas que vous n’êtes pas fertile. Il est donc recommandé de reprendre une contraception le plus tôt possible après la naissance.

Avec l’arrivée d’un bébé et le quotidien qui est chamboulé, vous n’aurez peut-être pas la tête à ça tout de suite. Vous pouvez donc tout à fait attendre quelques semaines avant de reprendre une méthode contraceptive, si vous n’avez pas de rapports sexuels à risque. Ce délai laisse aussi un peu de temps pour se remettre de l’accouchement et retrouver des cycles réguliers.

Votre gynécologue est chargé de vous informer sur les moyens de contraception existants après un accouchement. Vous pouvez reprendre la méthode utilisée avant de tomber enceinte, si elle vous convient toujours, ou bien en profiter pour changer de contraception.

Le choix de la contraception après une naissance doit prendre en compte :
* le risque de thrombose, qui est accentué pendant les premières semaines de post-partum.
* le mode d’alimentation de votre enfant : en effet, l’allaitement maternel est une méthode contraceptive très efficace dans certains cas.

L’allaitement empêche-t-il de tomber enceinte ?

L’allaitement est une méthode naturelle de contraception reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). C’est ce qu’on appelle la MAMA : Méthode d’Allaitement Maternel et d’Aménorrhée. L’allaitement maternel est un mode de contraception très fiable, qui présente un risque de grossesse inférieur à 2 % au cours des 6 premiers mois. À titre de comparaison, ce risque est de 7 % avec la pilule (source OMS).

Alors, comment ça marche concrètement ?

Les mouvements de bouche de votre bébé envoient un signal à votre cerveau, qui libère les hormones nécessaires à la production du lait maternel. Parmi elles, il y a la prolactine : c’est cette hormone qui permet la montée de lait. Le taux de prolactine monte en flèche au moment de la tétée et empêche la libération des ovocytes, donc l’ovulation.

Pour être efficace, la méthode de l’aménorrhée lactationnelle doit respecter 3 conditions :

  • Votre bébé doit avoir moins de 6 mois.
  • L’allaitement doit être exclusif, jour et nuit (entre 6 et 10 tétées). Il doit y avoir un intervalle maximum de 4 heures entre les tétées de jour, et de 6 heures la nuit.
  • L’aménorrhée : vous ne devez pas du tout avoir eu vos règles depuis l’accouchement.

L’effet contraceptif n’est plus assuré en cas d’allaitement mixte, de tétées moins fréquentes, de retour des règles ou dès que le nourrisson a 6 mois.

 

Quelles sont les méthodes de contraception possibles après un accouchement ?

La contraception après accouchement peut tout à fait être la même qu’avant celui-ci. Mais l’OMS indique un délai à observer pour reprendre chacune de ces méthodes.

Méthodes hormonales : pilule, anneau vaginal, patch, implant…

En cas d’allaitement, la pilule œstroprogestative n’est pas recommandée pendant au moins 6 mois après l’accouchement. Si vous n‘allaitez pas, vous pouvez reprendre un contraceptif hormonal 42 jours après avoir donné naissance. Ce délai est de 21 jours pour la contraception orale de type progestatif, en l'absence de contre-indications.

Dans tous les cas, l’avis d’un professionnel de santé est conseillé et votre choix doit tenir compte des risques liés à ces méthodes : antécédents familiaux de maladies veineuses, risque cardiovasculaire, tabagisme, âge supérieur à 35 ans, etc.

Dispositifs intra-utérins (DIU)

Le délai pour poser un stérilet en cuivre ou hormonal est de 4 semaines après l’accouchement (allaitement ou non), si vous ne présentez aucun risque infectieux. Pour la pose d’un stérilet hormonal, le médecin évalue également les risques veineux et cardiovasculaires cités pour les méthodes précédentes.

Méthodes barrières : préservatif, diaphragme, cape cervicale…

Ces formes de contraception non intrusives ne présentent aucune contre-indication après l’accouchement. Elles sont plutôt conseillées en post-partum, le temps de faire poser un stérilet ou de retrouver un rythme de vie plus stable.

C’est aussi une bonne alternative en cas d’allaitement, car les méthodes barrière n’affectent pas le lait maternel. Le préservatif a lui un atout non négligeable puisque c’est le seul contraceptif efficace contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

 

Comment passer à une contraception naturelle après l’accouchement ?

La période particulière qui suit l’accouchement est souvent le moment choisi par les femmes pour repenser leur méthode de contraception. Si vous n’avez jamais utilisé la symptothermie et que vous souhaitez passer sur une protection sans hormones et sans effets secondaires, vous pouvez découvrir la contraception naturelle par ici.

La symptothermie, qu’est-ce-que c’est ?

Il s’agit d’une méthode de suivi des cycles qui vous permet de détecter vos périodes fertiles (ovulatoires) et non fertiles, grâce à plusieurs indicateurs, comme la température et l’aspect de la glaire cervicale.

Commencer la symptothermie après une grossesse

Vous pouvez débuter la symptothermie en période post-accouchement dès le retour des règles. L’important est de bien se former, idéalement auprès d’une conseillère spécialisée en symptothermie, et d’utiliser une protection barrière comme le préservatif le temps de maitriser la méthode en mode contraception.

Reprendre la symptothermie après un accouchement

Si vous êtes déjà utilisatrice, vous pouvez reprendre le suivi de votre température et de vos symptômes comme avant. La pratique de la symptothermie en post-partum est une aide précieuse pour détecter l’ovulation et le retour de couches. Il faut notamment se concentrer sur l'aspect de la glaire cervicale qui indique une reprise de l'activité ovarienne dès qu'elle commence à changer d'aspect.

 

Ce qu’il faut retenir

  • Une ovulation est possible à partir du 21ème jour après l’accouchement.

  • L'absence de règles ne signifie pas absence d’ovulation !

  • L’allaitement est une vraie méthode de contraception. Il doit répondre à 3 conditions : âge de moins de 6 mois, allaitement exclusif et fréquent, aménorrhée.

  • Vous pouvez reprendre une contraception hormonale, en respectant les délais conseillés par l’OMS et en tenant compte des risques liés à la prise d’hormones.

  • La pratique de la symptothermie après l’accouchement aide à mieux comprendre les réactions de son corps en post-partum.

 

Sources :

https://www.contraceptions.org/allaitement-maternel/

https://www.contraceptions.org/allaitement-maternel/quels-sont-les-avantages-de-lutilisation-de-lallaitement-maternel-comme-moyen-de-contraception/

https://www.has-sante.fr/jcms/c_1369193/fr/contraception-chez-la-femme-en-post-partum